L’atelier des sorciers (tomes 1 à 3), Kamone Shirahama

Atelier des sorciers.jpg

 

Titre : L’atelier des sorciers
Auteur : Kamone Shirahama
Editions : Pika Editions
Date de publication : mars 2018 (tome 1), juin 2018 (tome 2) et octobre 2018 (tome 3)
Niveau : Dès la sixième

Résumé (du 1er tome) : Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

Mon avis : Après Orange, voici une autre série coup de cœur ! L’histoire est bien trouvée, le graphisme est très sympa. Ce que j’aime beaucoup, c’est l’intelligence de l’auteur. Tout est bien réfléchi, bien ciselé. On voit clairement que l’auteur ne sorte pas ses idées d’un chapeau (magique, hahaha !), tout est pensé. Il y a une suite logique dans les événements. Et en même temps, ces tomes relèvent de la détente, du plaisir de lire.

Ce que j’aime beaucoup aussi, ce sont les personnages. Il y a des personnages plus jovials, d’autres plus introvertis. Bref, ils sont tous différents et on apprend à les découvrir au fil des tomes même si l’histoire est principalement focalisée sur Coco.

Le quatrième tome est sorti ce mois-ci, je le lirai ! C’est sûr !

Ma note pour l’ensemble de ces trois tomes : coeur

Publicités

Elia, la passeuse d’âmes. Saison chaude. (tome 3), de Marie Vareille

Titre : Elia, la passeuse d’âmes. Saison chaude. (tome 3) Elia tome 3
Auteur : Marie Vareille
Date de publication : mars 2019
Nombre de pages : 411 p.
Niveau : Dès la troisième

Pour lire mes critiques des précédents tomes, c’est ici (tome 1) et ici (tome 2).

Résumé : À la suite de l’échec de l’attaque du Conclusar, les combattants de l’Aube ont été décimés, Tim a disparu et Solstan est passé à l’ennemi. Elia, activement recherchée par le Palatium, doit fuir la Cité pour survivre. Dans un monde fait d’injustice et de violence où les Passeurs d’Âmes ont désormais les pleins pouvoirs, elle devra affronter le pire. Seule face à la puissance du Palatium, saura-t-elle se relever et sauver ceux qu’elle aime ?

Mon avis : Un tome que j’attendais avec beaucoup d’impatience. Je suis extrêmement ravie d’avoir pu le lire ! J’avais hâte de retrouver Elia, Sol, Tim ou bien Arhia.

Vraiment, vraiment, vraiment, j’adore Elia et Sol ! Ce sont mes deux personnages coup de cœur ! Contrairement au deuxième opus, où on ne voyait Sol que très peu, ici, dans ce troisième tome, il apparait souvent ! Ouf ! 🙂
A la fin du second tome, la petite soeur d’Elia meurt. Elia va l’apprendre dans ce tome. J’ai beaucoup apprécié la manière dont Marie Vareille a écrit et construit cet événement autour de ce personnage (deuil et première conséquence pour Elia).

Ce que j’ai beaucoup aussi aimé dans ce tome, c’est que tout ne tourne pas autour d’Elia. Certes, c’est l’héroïne du roman, mais on apprend aussi des choses quand elle n’est pas là. Et ça, je trouve ça très bien !  Les autres personnages peuvent vivre et combattre sans elle.

Contrairement aux deux premiers tomes où je ne trouvais rien à redire, ici, j’avoue que j’ai été gênée par un des personnages qui est en fait le traite du roman (il se fait passer pour un combattant de l’Aube mais travaille en réalité pour Varnaka Slak, la grande méchante de l’histoire). Ici, je ne dévoilerai pas son nom mais je l’ai fait sur Babelio où les balises spoiler existent (ce qui est bien pratique !). Si vous avez lu ce troisième opus, vous pouvez lire ce que j’ai écrit sur Babelio ici (cliquez sur « Dévoilez le texte masqué », en bas de ma critique).

Mais ce troisième tome reste excellent et la trilogie en elle-même un coup de coeur !

Ma note : ★★★★★
Note globale de la trilogie : coeur

Paroles de nos soldats, Jean-Pierre Guéno

Titre : Paroles de nos soldats. L’épreuve du feu XXe-XXIe siècles Paroles de nos soldats
Auteur : Jean-Pierre Guéno
Editions : Nouveau Monde
Date de publication : novembre 2018
Nombre de pages : 470 p.
Niveau : dès la troisième

Je remercie Babelio et l’opération « Masse Critique Non fiction » pour l’envoi de ce documentaire.

Résumé : Dans la lignée des célèbres « Paroles de poilus », Jean-Pierre Guéno s’intéresse à la figure du soldat français depuis le début du XXe siècle. Ce nouveau recueil transmet essentiellement la parole des soldats d’aujourd’hui et de leurs prédécesseurs déployés dans des opérations extérieures depuis les années 1960, et plus récemment en Bosnie, en Afghanistan, au Liban, au Tchad et au Mali notamment, mais fait aussi la part belle aux acteurs des deux guerres mondiales, des guerres d’Indochine et d’Algérie.

Générées par des appels lancés en 2015, ces « paroles » sont constituées de lettres, de journaux intimes, de témoignages de soldats, hommes et femmes, et de leurs proches. Elles racontent aussi bien leur quotidien, rythmé par l’adrénaline ou l’ennui, que leurs états d’âme, faits d’espoir et de craintes. Au fil des pages, des années et des conflits, se dessine l’évolution de leurs motivations et de leur métier.

À travers ces écrits d’une grande valeur documentaire et souvent très forts, c’est plus d’un siècle d’histoire militaire de la France à hauteur d’homme qui se déroule sous nos yeux. Une radiographie étonnante et inédite du soldat français des XXe et XXIe siècles, qui continue à oeuvrer pour l’intérêt général.

Mon avis : Ce livre est véritablement un trésor ! Certains témoignages sont saisissants d’émotion et de courage ! A noter que les récits sont classés par ordre chronologique.

Les deux premiers concernent Alain Fournier, auteur du Grand Meaulnes. Il devait épouser l’actrice Simone Le Bargy au retour de la guerre 14-18 ; le mariage n’aura jamais lieu car Fournier décèdera en 1914. Sa fiancée, ne sachant pas le destin funeste continuera à lui écrire, son inquiétude grandissant au fil des lettres.

Les lettres de De Gaulle à ses fils (page 57 et suivantes) sont l’inverse de ce qui se passe dans cette France d’aujourd’hui où chaque samedi, Paris souffre de ces casseurs.
« De toutes les nations d’Europe et du monde, je crois sincèrement que la France offre le plus bel exemple d’unité que ni l’adversité ni les drames survenus depuis plus de deux mille ans ne sont venus entamer » (page 59).
« [le Français] se souvient qu’il est né français et que la France est une éternité. Alors il marche, lui et un, un et deux, deux et tous, parce que la France c’est un tout, c’est une transcendance, un être que nul ne voit, mais que chacun touche des yeux et du cœur » (page 60)

Le récit d’évasion du lieutenant André Devigny (page 89 et suivantes) est incroyable. Quel courage ! Quel sang-froid ! Il a préparé son évasion méticuleusement (trois mois de préparation). Il décide de s’évader quelques jours avant son exécution prévue.  Il tuera un garde de ses propres mains pour pouvoir enfin devenir un homme libre.

Le témoignage de Marcelle Vour’ch Baldi (pages 122 et suivantes) est terrible ! Nous sommes en 1944 et sa famille et elle se cachent des allemands. Or, ils vont les retrouver et tuer certains membres sous les yeux de Marcelle. Oncles, tantes, cousine (de quatre ans), quelques-uns vont mourir. Horrible !

Le récit du Caporal Xavier Geoffroy (pages 278 et suivantes) met en avant son retour en France après deux mois passés au Rwanda. Il évoque son mutisme, sa fragilité, ses crises d’angoisse et ses cauchemars depuis qu’il est rentré. C’est un témoignage poignant !

Bref, ce livre regorge de témoignages captivants d’hommes et de femmes qui se sont battus pour eux-mêmes et pour la France.

Ma note : coeur

Dys sur 10, Delphine Pessin

Titre : Dys sur 10 Dys sur 10
Auteur : Delphine Pessin
Editions : Pocket Jeunesse
Date de publication : juin 2018
Nombre de pages : 187 p.
Niveau : Dès la troisième

Résumé : La « dyslexie », un mot étrange et impossible à prononcer, pourtant c’est bien ce qu’on m’a diagnostiqué. Moi, Dylan, quatorze ans, j’ai des problèmes de connexion, je suis dys-connecté. Cette particularité ne m’empêche pas de vivre, par contre elle ne me facilite pas les choses, surtout à l’école…
« Dylan, arrête de faire le guignol ! »
« Dylan, tu pourrais t’appliquer ! »
Personne ne doit découvrir mon secret, c’est ce que je me suis juré !

Mon avis : C’est un très beau roman d’une auteure que je ne connaissais pas du tout. Le sujet est délicat et est traité, pendant une bonne partie, d’une manière pas très joyeuse. C’est la raison pour laquelle le roman doit être lu par des plus grands. Dylan a 14 ans et est dyslexique. A la maison, il ne partage pas grand chose avec ses parents (la dyslexie est déjà un sujet tabou), et au collège ça va plutôt mal. Mais heureusement, Dylan a deux amis formidables sur qui compter, ce qui amène un peu de positif dans sa vie assez morose. Et puis, un jour, il va se passer quelque chose qui va amener Dylan à trouver enfin un sens dans sa vie. Un sens où même le fait d’être dyslexique n’a pas de répercussion. A partir de ce moment-là, j’ai trouvé le roman vraiment vraiment chouette. J’avais hâte de voir comment cette nouvelle situation allait se finir.

Ma note : ★★★★

L’île de Puki. Au début le coeur (tome 1), Danjou et Djet

Titre : L’île de Puki. Au début le coeur (tome 1) L'île de Puki
Auteur : Danjou (scénario) et Djet (dessin et couleurs)
Editions : Vents d’ouest
Date de publication : septembre 2011
Nombre de pages : 48 p.
Niveau : Dès le CM2

Résumé : Une petite fille s’éveille sur une île inconnue et fantastique, un bout de terre perdu au milieu de nulle part. Une île qui possède un certain nombre de règles qu’heureusement, l’étrange Phylegos lui explique dès son réveil. Il est son guide et son protecteur pendant son séjour. Et pour commencer il lui donne son nom : Puki. Car comme tous les autres enfants déjà présents, Puki a tout oublié. Ici, personne ne sait pourquoi ni comment il est là, et encore moins ce qu’il était avant. Pour répondre à ces questions, Puki doit quitter l’île. Et pour partir de l’île, elle doit, au terme d’une périlleuse quête, récupérer un cœurâme afin de réveiller son totem.

Mon avis : Une BD très sympa à lire. De plus, la série est composée seulement de deux tomes, donc c’est plutôt une bonne chose. Il n’y a pas besoin de lire énormément de tomes pour connaître la fin, fin s’il y a.

Le personnage principal, qui va se faire appeler Puki car elle a perdu la mémoire, comme l’ensemble des habitants de l’île, est censé être une humaine mais sur l’île, elle a le corps d’un animal. Tout ceci est bien mystérieux…. comme l’île. C’est une BD énigmatique où l’on a envie de connaître le fin de l’histoire.

Ma note : ★★★★

Yin et le dragon. Créatures célestes (tome 1), Marazano et Xu Yao

Titre : Yin et le dragon. Créatures célestes (tome 1) yin et le dragon
Auteurs : Marazano (scénario), Xu Yao (dessin et couleurs)
Editions : Rue de Sèvres
Date de publication : juin 2016
Nombre de pages : 60 p.
Niveau : Dès le CM2

Résumé : Shanghai 1937.
Après avoir désobéi au vieux Li, son grand-père, Yin embarque en cachette à bord du bateau de pêche familial.
Au milieu de la nuit, le vieil homme capture dans ses filets un animal étranger et puissant. N’écoutant que son cœur, Yin se précipite et libère son grand-père avant qu’il ne soit entraîné par le poids de la bête !
Soudain, sous leurs yeux effarés, un monstre terrible et antique surgit de la mer, irradiant une lumière dorée, impressionnante et magnifique.
Mais Yin est une gamine espiègle et maligne à qui rien ne peut faire peur… pas même un dragon d’or !

Mon avis : Cette BD est une très jolie découverte. Les dessins sont magnifiques et le texte n’est présent que pour mettre en valeur les illustrations.

yin et le dragon 2.jpg

On suit avec passion l’histoire de Yin et de son grand-père qui rencontrent un dragon dans une période où la Chine et le Japon ne sont pas en très bon termes. C’est une série courte, trois tomes, qui plaira à tous !

Ma note : ★★★★★

Sorcières sorcières. Le mystère du jeteur de sorts (tome 1), Chamblain et Thibaudier

Titre : Sorcières sorcières sorcières sorcières
Auteurs : Chamblain (scénario), Thibaudier (dessin et couleurs)
Editions : Kennes
Date de publication : novembre 2014
Nombre de pages : 42 p.
Niveau : Dès le CM2

Résumé : Dans cet univers magique où des dragons apprivoisés côtoient des citrouilles boîtes-aux-lettres, magie et sortilèges sont monnaie courante. Ici, tous les habitants sont des sorciers et des sorcières. Dans cette première aventure, trois petites sorcières de huit ans sont victimes tour à tour d’un mauvais sort. Harmonie, petite sorcière de huit ans elle aussi, est la principale suspecte. Mais elle est innocente ! Elle est aussi la seule à pouvoir enquêter et découvrir qui est ce mystérieux jeteur de sorts…

Mon avis : Une BD agréable à lire. Les plus jeunes adoreront ! Dommage que Harmonie et Miette, les deux soeurs, se ressemblent tellement. Parfois, il n’est pas facile de les distinguer. Les dessins sont super sympa !

Actuellement quatre tomes sont parus.

Ma note : ★★★